HYDRO-MANITOBA NOMME UN NOUVEAU PRéSIDENT ET CHEF DE LA DIRECTION

WINNIPEG — Hydro-Manitoba a nommé un nouveau président et directeur général qui aura pour mission de guider la société d'État dans les défis qu'elle doit relever, notamment un endettement élevé et la nécessité de produire de l'énergie nouvelle.

Il s'agit d'Allan Danroth, qui a occupé le poste de vice-président chez Alberta-Pacific Forest Industries et un poste de direction chez Capital Power, un producteur d'énergie établi en Alberta. Il débutera ses fonctions le mois prochain.

«Mon rôle en tant que PDG est d'assurer la stabilité, de laisser notre talentueuse équipe de direction gérer ses services et de veiller à ce que nos employés aient les moyens de faire leur travail en toute sécurité et au mieux de leurs capacités», a déclaré M. Danroth à la presse mardi.

M. Danroth remplace Jay Grewal, qui a été licencié quatre mois après la victoire des néo-démocrates du Manitoba aux élections provinciales de l'année dernière.

Mme Grewal a secoué la province lorsqu'elle a déclaré que le Manitoba pourrait avoir besoin d'une nouvelle production d'électricité d'ici 2029. Elle avait dit qu'elle ferait appel à des producteurs indépendants pour fournir de l'électricité grâce à l'énergie éolienne et d'autres sources.

Le ministre des Finances responsable d'Hydro-Manitoba, Adrien Sala, a affirmé que les nouvelles ressources énergétiques devraient appartenir à l'État, et le conseil d'administration d'Hydro-Manitoba, nommé par le Nouveau Parti démocratique, s'est séparé peu après de Mme Grewal.

Lors de sa première conférence de presse, Allan Danroth n'a pas voulu discuter des futurs projets énergétiques lors de sa première conférence de presse et a dit qu'il venait tout juste de prendre ses fonctions.

«Je n'ai même pas encore pu rencontrer toute mon équipe. C'est l'été et beaucoup de gens sont absents», a-t-il souligné.

Hydro-Manitoba a vu sa dette tripler au cours des deux dernières décennies, en raison des dépassements de coûts qui ont affecté des projets majeurs. L'année dernière, le temps sec a réduit les débits d'eau nécessaires à la production d'électricité et a transformé un bénéfice attendu en une perte estimée à 190 millions $ selon le dernier rapport financier de la société d'État.

Le gouvernement a promis de construire de nouvelles centrales électriques, publiques ou en partenariat avec les Premières Nations, de stabiliser les finances d'Hydro-Manitoba et de maintenir les tarifs à un niveau bas. Lors de la campagne électorale, le NPD a promis un gel des tarifs d'un an pour les consommateurs, bien qu'il ait déclaré par la suite que cette promesse devrait probablement être repoussée.

Le gouvernement promet une nouvelle politique énergétique à long terme en septembre

«L'objectif de cette politique énergétique est d'abord et avant tout d'établir notre plan pour renforcer nos capacités ici au Manitoba», a déclaré M. Sala mardi.

«Nous savons que nous devons le faire. Et nous voulons le faire d'une manière qui maximise l'abordabilité de l'énergie, tout en nous assurant que nous faisons tout ce que nous pouvons pour atteindre l'objectif de consommation carboneutre à l'avenir.»

La Presse Canadienne

2024-07-10T03:27:28Z dg43tfdfdgfd