L'ALLIANCE NOUVELLES VOIES OPTIMISTE ENVERS LE PLAN DE STOCKAGE DE CARBONE DE 16,5 G$

CALGARY — Le groupe de l’industrie des sables bitumineux qui a proposé de construire ce qui serait l’un des plus grands projets de captage et de stockage du carbone au monde se dit plus optimiste que jamais dans la concrétisation de l'opération.

L'Alliance Nouvelles voies est un consortium des plus grandes entreprises de sables bitumineux du Canada, qui se sont regroupées pour offrir un réseau de captage et de stockage du carbone d’une valeur de 16,5 milliards $ afin de réduire les émissions des sites de sables bitumineux dans le nord de l’Alberta.

Le projet est la pièce maîtresse de l’engagement pris par l’industrie des sables bitumineux de réduire à zéro ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050, ce qu’elle doit faire si le Canada veut respecter ses engagements internationaux en matière de climat. Mais l'alliance n’a pas encore pris de décision finale en matière d’investissement, ce qui a conduit certains groupes de défense de l’environnement à s’interroger sur le niveau d’engagement de l’industrie.

Toutefois, après la mise à jour économique fédérale d’automne de la semaine dernière, le président de l'Alliance Nouvelles voies, Kendall Dilling, a déclaré que la probabilité d’une décision positive sur le projet avait augmenté.

Dans sa mise à jour économique, le gouvernement fédéral a fourni des détails supplémentaires sur le crédit d’impôt à l’investissement pour le captage du carbone qu’il avait promis, y compris un calendrier pour sa finalisation, une chose que les entreprises de sables bitumineux attendaient.

Il a également promis que jusqu’à 7 milliards $ seraient alloués à des contrats spéciaux destinés à donner aux entreprises la confiance dont elles ont besoin pour réaliser des investissements majeurs afin de réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.

Bien que les détails de ces «contrats sur différence pour le carbone» doivent encore être précisés, M. Dilling a affirmé que le soutien reçu du gouvernement jusqu’à présent était «plus que suffisant» pour permettre à l'alliance de continuer à aller de l’avant avec son projet.

«Je suis plus confiant que jamais, a déclaré M. Dilling. Nous sommes beaucoup plus avancés sur tous ces fronts qu’il y a un an.»

Le gouvernement de l’Alberta devrait annoncer cette semaine son propre programme de soutien financier pour le développement de la capture du carbone.

En attente d'approbation

Selon M. Dilling, l'Alliance Nouvelles voies ne peut pas prendre de décision d’investissement définitive tant que son projet n’a pas été approuvé par les autorités de réglementation. Mais le groupe prévoit de déposer sa demande de réglementation au cours des deux prochains mois.

Le processus d’approbation pourrait prendre au moins un an. Mais l'alliance finira probablement par passer ses premières commandes de tuyaux en 2024, a indiqué M. Dilling, de sorte que la construction de la ligne de transport de CO2 de 400 km pourra commencer dès que l’autorisation réglementaire aura été accordée.

Entre-temps, a ajouté M. Dilling, l'alliance a déjà dépensé 80 millions $ pour l’ingénierie préliminaire, la conception et les travaux environnementaux, et prévoit de dépenser encore plus d’argent l’année prochaine.

« Nous dépenserons des centaines de millions l’année prochaine, puis plusieurs milliards dès que nous entamerons la construction», a-t-il déclaré, ajoutant que l’organisation a également entamé cet automne des consultations officielles avec les groupes autochtones situés le long du tracé proposé pour le pipeline de CO2.

«Je pense qu’il est juste de dire qu’en soumettant notre demande réglementaire et en procédant à des dépenses importantes jusqu’en 2024, nous nous engageons de bonne foi à faire avancer ce projet», a dit M. Dilling.

L'Alliance Nouvelles voies indique que ses entreprises membres — Suncor Énergie, Canadian Natural Resources, Cenovus Energy, Imperial Oil, MEG Energy et ConocoPhillips Canada — ont dépensé un total de 1,8 milliard $ depuis 2021 pour des efforts de décarbonisation.

Ce chiffre comprend les 80 millions $ dépensés jusqu’à présent pour le réseau proposé de captage et de stockage du carbone, mais aussi les investissements dans la cogénération pour remplacer les combustibles plus polluants utilisés pour produire de l’électricité et de la vapeur, des techniques plus efficaces de récupération in situ des sables bitumineux ainsi que des travaux de recherche et de développement.

L’industrie des sables bitumineux représente actuellement environ 12 % des émissions globales de gaz à effet de serre du Canada.

Des représentants de l'alliance se rendront à Dubaï la semaine prochaine pour participer aux négociations sur le climat dans le cadre de la COP28 des Nations unies.

Le président du sommet sur le climat, l’Émirati Sultan Ahmed al-Jaber — qui est également chef de la direction de l’Abu Dhabi National Oil Company — a exhorté les compagnies pétrolières et gazières à être «au cœur de la solution» pour lutter contre le changement climatique.

— Avec des informations de l'Associated Press

Amanda Stephenson, La Presse Canadienne

2023-11-27T22:05:49Z dg43tfdfdgfd